Correcteurs et correctrices : répercussions de la crise sanitaire

Publié le 07/06/2021 par Emmanuelle Garcia
Catégorie

L'ACLF (association des correcteurs de langue française) a mené début 2021 une étude sur les répercussions de la crise sur les activités de ces professionnels.

Il s’agissait pour la jeune association de faire le point sur la façon dont les correcteurs et les correctrices membres de l’ACLF avaient traversé la crise de 2020 et tenter d’en mesurer les éventuelles conséquences sur leur activité, mais aussi de rendre la profession plus visible dans ce contexte difficile et incertain. 

Les profils les plus représentés dans les répondants : 
– exercice sous le statut d’indépendant (deux tiers des répondants) ; 
– travail avec des maisons d’édition ou des particuliers (deux tiers des répondants) ; 
– activité commencée il y a 5 ans ou moins (la moitié des répondants). 

Les « jeunes » correcteurs (installés en 2015 ou après) ont souffert d’une baisse d’activité autant que les plus expérimentés, preuve que l’ancienneté n’apporte pas plus de sécurité dans un contexte de crise. La crise de 2020 pousse les correcteurs et correctrices à chercher des moyens de s’adapter, de diversifier leurs compétences et domaines d’activité ou d’élargir leur clientèle.

Voir l'enquête complète